CABOU

Num lock

(vendredi 21 février 2014)

MAJ du 03/12/2014

T’as bâti ton empire en mode fripouille :
Racket par vente forcée de code proprio.
Tu t’es goinfré, mon salop,
Et c’est fini. T’es plus tout seul.
Et malgré ça, t’es toujours
aussi gros.

Et puis il y a l’autre, des pommes dans les cheveux.
Genre, couloir de métro sans correspondance
Genre, INNORVANT, spécial GLOBISH !
Genre, bourrin qui se la joue gazelle
Genre, esthètes, enfin, genre, des ceusses
Qui se la pètent.

Et enfin, l’incontournable BULLDOZER
Qui fait de nous, pauvres béquillards,
La proie du Big Brother.
Mots, code, réseaux, terres,
Vies, corps, sexe, cultures, cœurs,
Cortex

Blaireaux binoclards ou gourous New Age,
Verrouillent toujours les mêmes bicoques,
Vieux BUNKER du monde problock !

Three bullets for one business model !
Three bullets for one business model !
Three bullets for one business model !

Au royaume de la servitude volontaire,
On se livre en masse à l’art du soliloque,
Et tu lui donnes ta vie privée,
Et il syphone ta dignité. Il dit :
Viens chez moi, y a tes amis, j’ai dit,
Tes amis.

Au royaume du conformisme généralisé,
On se loge, dit-on, dans les nuages.
Nid douillet qui t’inscrit
En dur dans leurs machines,
Pour te ficher, te monnayer, te géo
Localiser.

Au royaume de la mobilité permanente,
Tout est prétexte à te mettre dans la tête
Des gadgets obsolètes.
Tu partages ta dépendance
À leurs réseaux de servi
Lité

Et faudrait donc se planter là - mule passive -
À engloutir toute cette came - toxico -
Du monde magique des cadeaux permanents ?

Et faudrait donc gober cette fable : gratuité
Des services dématérialisés, alors que
Le commerce se porte comme un charme ?

PNG - 631.6 ko

Te souviens-tu de ces troubles amers,
Confusions regrettables et postures démago ?
Partage n’est pas pillage,
Warez pue l’aliéné,
Saillies minables de Pirate Bay & partis
Pirates

Ce Cody Wilson, gringo exhibant son flingot
Open source en 3D, devant l’US flag.
Le crâne farci d’un minerai de chiasse,
Proclamant le droit de dézinguer
Le premier venu, au nom de la
« Liberté »

Ce nouveau jeu spéculatif à la mode, Bitcoin !
Soit-disant admirable, car, sous licence libre.
Anonyme, crypté,
Incontrôlable,
Sous pilotage automatique d’un
Algorithme.

Il ne s’agit pas de savoir,
S’il faut ou non s’accorder,
Telle fantaisie, telle « liberté ».

Mieux vaudrait se demander :
À quoi je passe mon temps ?
Où sont mes priorités ?

Libertariens sont les pires ennemis des libertaires.
Ces oiseaux pourraient bien annoncer l’avenir.
Mais cet avenir on le connait déjà,
Qu’il soit virtuel ou matériel,
C’est celui d’un monde qui échappe
Aux humains

Ce n’est pas avec les « anarcho-capitalistes »,
Ce n’est pas avec les « crypto-anarchistes », que
Nous renverserons ce vieux monde.
Nous avons besoin de camarades,
Pas d’une armée de concombres
Masqués

Les communautés du libre méritent mieux
Que de se laisser embarquer dans les satellites
Du libéralisme économique
Qui n’hésite jamais à pomper
Le code libre pour promouvoir
La loi de la jungle.

Vive le logiciel libre,
Les standards ouverts,
Les biens communs !

Pour le respect de la vie privée,
Pour le droit à l’anonymat,
L’expression libre, créative & solidaire !

Mais n’oublions pas, d’abord,
De combattre, entre leurs mains
et dans nos têtes, l’autorité
de la classe parasitaire capitaliste !