CABOU

T’en souviens-tu ?

(dimanche 22 février 2015)

Donnez-moi trois bonnes raisons de se taire

En rond, sur la piste
paradent trois pintos (bis)
Les crinières fouettent
les cuisses des voltigeuses
Elles tournent et se jettent
autour des garrots, joyeuses
Puis elles sortent, triomphales
grenat, grenat
Place au Monsieur Loyal,
gala, gala
T’en souviens-tu ?
Rayon de lumière crue,
pour un regard pendu
Là-haut, le fil tendu,
mais la fille n’y est plus
Quand elle s’est tue.

Rampe, agrippée
grimpant, haletant (bis)
Échappé du bloc,
il te croise dans l’escalier
Stupeur réciproque
le temps figé sur ce pallier
Happé par l’évidence
« aide-moi, aide-moi »
Forcé par l’urgence
non-choix, non-choix
T’en souviens-tu ?
Traqué chez toi, ne sachant plus
par son regard perdu
Quand les flics sont venus,
et pourtant t’aurais pu
Quand tu t’es tu.

JPEG - 65.5 ko

Le tram, à Lisbonne
il tangue, je frissonne (bis)
Doux transport, paisible
s’il n’était deux énergumènes
Face à moi, ostensibles,
parlant fort français, peu amènes
N’ayant que pour eux-mêmes de l’égard
« ben quoi, ben quoi ? »
Ils s’imposent à tous, vantards
« Y’a qu’à, y’a qu’à ! »
T’en souviens-tu ?
De ces m’as-tu-vu,
de leurs regards pansus
Il ne m’aurait pas plu,
qu’ils me mettent dans leur tribu
Quand j’me suis tu


 
 

Visuel : Jasper Johns -Target with four faces - détail