CABOU

le bourdon

(lundi 14 août 2017)

c’est dimanche jour de corvées
le balai le linge la vaisselle
filet d’eau coule dans l’évier
est-ce la chaleur qui m’épuise

tant d’énergie de moi s’échappe
tourne petit vélo dans la tête

ce n’est pas de la rancune mais faut quand même reconnaître
cette salope au boulot cette baltringue au turbin
ce n’est pas une obsession mais moi j’en peux plus
ce petit chef ce président tous ces méchants

face au ciel blanc d’un été lourd
les courriers s’entassent la dèche
les voisins s’engueulent encore
je gratte la casserole le bourdon reste

rien d’essentiel ne se partage
j’ai encore mal ton absence

ce n’est pas de la rancune mais faut quand même reconnaître
cette salope au boulot cette baltringue au turbin
ce n’est pas une obsession mais moi j’en peux plus
ce petit chef ce président tu me manques

les mains molles la nausée
décroche de guerre lasse
attraper couteau fond de l’évier
du poignet flux sanguin cerne les bulles

n’attends pas que l’eau de vaisselle goutte
et gonfle les lattes